Pioneer DJ, la marque des DJ, va être vendue

Pioneer DJ, la marque des DJ, va être vendue

Pioneer DJ, la marque des DJ, va être vendue

On apprend que les difficultés financières de la marque Pioneer l’obligent à se séparer de sa célèbre filiale Pioneer DJ. Un crève-cœur pour tous les DJ de la planète tant les platines de la marque Japonaise ont envahi les scènes du monde entier. Qui reprendra la célèbre marque ? Pour quelle expertise ? Un autre fabricant parviendra-t-il un jour à se fabriquer une histoire d’amour aussi longue avec les DJ ?

Une histoire faite de succès mal récompensés

Pioneer, c’est un géant japonais, une multinationale née à Tokyo en 1938. A la base, la marque réparait les autoradios et les haut-parleurs dans les voitures. Puis, petit à petit, elle s’est spécialisée dans l’électronique jusqu'à proposer des lecteurs CD et DVD, des téléviseurs, des platines, des tables de mixage, dont les célèbres gammes CDJ et DJM. Pioneer, c’est une référence dans le monde du DJing. Voyez plutôt ; Pioneer, c’est 2 tiers du marché mondial du DJing ! 200 millions de dollars par an de chiffre rien que sur ce secteur d’activité. Énorme on vous dit !

Et puis Pioneer, c’est aussi le concepteur du tout premier graveur DVD, daté de 1997. Une antiquité pour les plus jeunes d’entre nous, mais un pas de géant à peine daté de plus de 20 ans. Pour la première fois, le quidam pouvait enregistrer en numérique. Malheureusement, malgré toutes ses découvertes, ses innovations et ses produits hi-fi et sono d’excellente qualité, Pioneer est en proie à de graves difficultés financières. Pas la branche DJing, vous l’avez compris. Mais la société mère. Dans ces cas-là, pour sauver le navire, on commence par boucher les trous. La filiale Pioneer DJ étant en parfaite santé, elle est à même de rapporter beaucoup et, par conséquent, de sauver Pioneer de la faillite. Du moins temporairement. En 2015, Pioneer DJ cédait déjà 85 % de son capital à KKR &Co, contre 550 millions d’Euros. Les 15 % restants sont évalués aujourd’hui à 500 millions d’Euros. Il existe doc une part de chance non négligeable pour que KKR & Co décide aussi de vendre ses parts. Pour toucher le jackpot.

Dans le meilleur des cas, Pioneer DJ trouvera un nouvel actionnaire majoritaire qui fera perdurer la qualité propre à la marque. Dans le pire des cas, les financiers auront asséché les ressources créatives pour augmenter les dividendes pendant quelques années, afin de rentabiliser leur investissement, avant de mettre la clé sous la porte. Tout ce que le monde du DJing espère, c’est que le repreneur ait de solides compétences pour continuer de faire briller Pioneer DJ. Quant à Pioneer maison-mère, elle se retire définitivement du marché du DJing.

CDJ et DJM

Deux gammes qui vont entrer à coup sûr dans la postérité. Deux gammes légendaires pour tous les DJ. Qui n’a pas mixé sur une platine de la gamme CDJ (contraction de CD et DJ). La fiabilité des modèles, la qualité du traitement du son, les fonctionnalités complémentaires, comme le Master Tempo ou Jog Dial, le design global, l'intuitivité des machines… Tout concourt à faire de la gamme une réussite. Malgré le prix de la gamme et ses quelques lenteurs à s’adapter aux nouveaux formats numériques, on comprend pourquoi les DJ en font une référence depuis les années 90.

Du côté des tables de mixage, la gamme DJM reflète les mêmes qualités ; fiabilité, qualité du son, possibilités créatives multiples. Du modèle basique au professionnel le plus abouti, toute la gamme a toujours été irréprochable. Et quand Pioneer sort des tables de mixage associées aux platines CDJ, c’est forcément l’accord parfait.

Poster un commentaire