Quel logiciel de sonorisation et de mixage pour vos soirées ?

Quel logiciel de sonorisation et de mixage pour vos soirées ?

Quel logiciel de sonorisation et de mixage pour vos soirées ?

Le travail de sonorisateur et celui de DJ n’ont rien en commun. Même si, à première vue, les deux semblent êtres experts du son, ils ne jouent pas du tout la même partition. Le sonorisateur est un technicien du son, dont la mission est de rendre le son diffusé audible pour tous les auditeurs, de la meilleure qualité qui soit, en fonction des conditions acoustiques du lieu et des desideratas parfois incompatibles des musiciens ou autres prétendants au micro. Le DJ, quant à lui, est un artiste, ayant souvent recours aux services d’un technicien son pour lui configurer la salle. De fait, les logiciels utilisés par les sonorisateurs sont essentiellement des logiciels liés à la gestion des puissances électriques. Ce qui nous intéresse ici, ce sont les logiciels de mixage, tels que ceux utilisés par les DJ professionnels.

Qu’est ce qu’un logiciel de mixage ?

Le verbe mixer signifie deux choses en musique :

  • Mélanger deux, ou plusieurs morceaux de musique de façon à assurer une transition entre ces morceaux, voire ajouter un instrument supplémentaire sur le mix
  • Mêler tous les instruments et les voix de façon à ce que tous les corps soient entendus. Ce type de mixage est essentiellement réalisé en studio à la fin d’une session d’enregistrement, même si le studio est une pièce de la maison...

Un logiciel de mixage pour animer vos soirées se concentre donc exclusivement sur le premier sens du mot. Si ce n’est qu’il peut être amélioré de quelques outils supplémentaires très précieux, comme des émulateurs de platines par exemple, permettant de passer informatiquement des platines aux playlist sans délai dans les réponses. En somme, le meilleur logiciel de mixage, c’est celui qui doit vous faciliter la vie en fonction du type de sets que vous proposez.

Quel est le meilleur logiciel de mixage ?

Là encore, tous les logiciels de cette catégorie possèdent des fonctions différentes. Tout dépend si vous voulez composer ou simplement mixer. Flstudio ou Cubase, par exemple, ont pour but de vous aider à composer, pas à mixer à proprement parler. Pour du mix pur, Virtual dj, trakto ou Serato proposent des suites complètes plus adaptées au profil de dj que vous êtes. Ensuite, il vous faut déterminer si vous souhaitez contrôler vos platines depuis le logiciel, ou si vous préférez une application vous permettant de contrôler uniquement vos playlist. Si c’est ce dernier choix qui vous importe, n’hésitez pas à essayer la quantité de logiciels libres qui existent sur le marché. De plus, d’autres critères peuvent venir compliquer votre choix :

  • Usage du logiciel
  • Contrôle ou non des platines
  • Accès aux bibliothèques de titres disponibles en ligne
  • Délais dans les réponses
  • Qualité et variétés des effets
  • Compatibilités diverses et variées
  • Prix...

Pour mixer en live, Ableton live reste une référence. Pour composer et créer, on aura du mal à sortir du combat pro Tools vs Cubase. Les adeptes des deux camps regorgent d’arguments sur les capacités effectives des deux logiciels, leur intuitivité, leur ergonomie, la qualité des sons rendus, etc. Bien souvent, les musiciens passent de l’enregistrement des instruments, un à un, avec pro Tools avant de mixer chaque piste sur Logic pro. Mais on pourrait aussi aborder Cool edit pro (devenu Adobe Audition), certes un peu vieux, mais toujours efficace et simple à manœuvrer, ou entrer dans un nouveau fight Logic vs Ableton.

Comment faire son choix ?

Commencez par déterminer vos besoins réels et essayez-vous sur des logiciels gratuits. Si votre utilisation se limite à un anniversaire trois fois par an, pour faire profiter à vos amis de votre culture musicale immense, inutile d’investir dans une suite Serato complète par exemple. Mais si vous envisagez sérieusement de composer et de présenter vos sets en public, là, il vous faudra autre chose. Le gros problème de nombreux apprentis dj, c’est de vouloir tout de suite passer aux instruments professionnels. Et ça peut vite décourager, tant les spécificités techniques sont importantes. Commencez par tester les limites des logiciels gratuits.

Là, quand vous serez confrontés au manque ou au vide, lorsque les outils informatiques ne vous permettront plus d’aller là où vous souhaitez vous rendre, vous saurez alors exactement ce qu’il vous faut. Encore une fois, essayez. Le plus difficile à l’abord d’un nouveau logiciel, c’est de se faire à son interface. Une fois le mode de fonctionnement intégré, le plus important est que vous trouviez les fonctions voulues. Toutes ne sont pas présentes nativement. Tous ces logiciels énumérés ici disposent de patchs et de plug-ins spécifiques en fonction de vos besoins. Enfin, dernière question importante, la compatibilité des logiciels entre eux et avec les instruments et platines. En somme, l’idéal est de pouvoir entrer aussi bien en USB qu’en MIDI si vous en avez besoin. Plus vous aurez de souplesse, plus vous aurez de possibilités, plus vous pourrez jouer de votre créativité. Mais attention à ce que le système soit stable et bien supporté par votre ordinateur.

Poster un commentaire