Interview DJ Franck Dyziak

Interview DJ Franck Dyziak

Interview DJ Franck Dyziak

Présentez-vous personnellement en quelques mots ?

Je m’appelle Franck Dyziak, je suis DJ producteur et mon plaisir est de faire danser les gens depuis 1998.

Mon amour pour la musique a commencé dès l’adolescence. J’ai commencé comme beaucoup à mixer tranquillement dans ma chambre, puis rapidement dans les clubs.

J’ai fait mes débuts dans un petit club du Finistère, Le Penty. J’ai ensuite enchaîné dans un autre un peu plus au centre de la Bretagne, le Starman. J’ai fait mon bout de chemin pour, au final, finir par animer de grands festivals et des évènements privés.

Comment s’est déroulée votre 1ère prestation ?

Ma première prestation était en club pour un remplacement d’un de mes collègues qui était absent. J’étais plutôt stressé mais tout s’est bien passé et l’ambiance était au rendez-vous. D’ailleurs, le responsable du lieu a tellement aimé mon travail qu’il m’a programmé pour plusieurs dates dès la fin de la soirée.

Pourriez-vous nous présenter votre offre ?

Généralement je propose des formules “ all inclusive “ avec tout le matériel de sonorisation et des lumières motorisé ainsi que la décoration lumineuse pour mettre en valeur le lieu de l’évènement. Peu importe l’heure à laquelle se termine la fête, mon plaisir est de voir les gens s’amuser et danser jusqu’au bout de la nuit. Voir les sourires scotchés sur leurs visages, c’est ce qu’il y a de plus beau pour moi.

D’après vous, quelles sont les qualités qui font un bon DJ ?

L’adaptation. C’est au Dj d’adapter la musique en fonction de son public et non l’inverse. Cela peut varier en fonction de la météo, de l’humeur du public, de la chaleur de la pièce, et plein d’autres facteurs. Il faut avoir de l’intuition pour essayer de deviner quels seront les morceaux à passer progressivement durant la soirée pour pouvoir garder la piste de danse pleine un maximum de temps.

Selon vous, quelle est la plus grande difficulté dans le monde du DeeJaying ?

En ce moment, le plus compliqué comme vous pouvez vous en douter c’est la crise sanitaire. En effet, nous faisons un métier à part et nous sommes souvent considérés comme les grands oubliés du marché. Et comme le dit le gouvernement, nous ne sommes « pas essentiels ». C’est une phrase très difficile à entendre. Cela signifie que nous ne sommes pas forcément nécessaires dans la société.

D’autre part, dans ce métier il y a beaucoup de concurrence. C’est assez difficile de se démarquer des autres, c’est pour cela qu’il ne faut surtout pas dévier de son axe et garder son propre style.

Instant musical :

- Le titre qui met tout le monde d’accord en prestation

Pour ma part, je ne dirai pas forcément un titre précis car tous les évènements sont différents, mais plutôt un style qui est pour moi le disco qui reste intergénérationnel. Ça marche à coup sûr quand il y a un coup de mou sur la piste.

- Le titre idéal à diffuser pour clôturer vos prestations

Personnellement, j’aime beaucoup terminer avec une musique qui va rester dans les esprits pendant 15 jours. Une mélodie répétitive, quelque chose de joyeux pour que tout le monde garde un souvenir agréable de la soirée. L’univers Disney est parfait pour cela.

- Le meilleur album de tous les temps

Je dirai le tout premier album des Daft Punk, “ Homework “.

- Le pire morceau que l’on vous ait demandé de diffuser en prestation

La danse des canards et Patrick Sébastien. Je les ai en horreur.

Avez-vous une anecdote particulière à partager ?

Une fois, lors d’une de mes prestations, 15 minutes avant l’entrée des mariés, une panne de courant générale est survenue. Heureusement qu’à la base je suis électrotechnicien. J’ai réussi à tout réparer en urgence. Les mariés ne se sont rendus compte de rien du tout. Ce sont les aléas du direct comme on dit.

Avez-vous des projets particuliers pour l’année à venir ?

Pour 2022, la priorité sera de privilégier essentiellement des évènements privés car malheureusement, Covid oblige, les évènements internationaux et professionnels sont très rares.

Mais par contre, pour les années suivantes je vais certainement privilégier les festivals dans mon planning.

Tenir le public sur le dancefloor jusqu’au bout de la nuit, telle est la vocation du DJ.

Poster un commentaire